Ludiciné

Languages

Conférence 2012

Version imprimableVersion imprimableAppel à communications

INVASION MONTRÉAL : Première conférence internationale sur le zombie
Montréal, 5-7 juillet 2012

Dans le cadre de l’esthétique contemporaine du cadavre, il y a peu d’images aussi marquantes depuis Night of the Living Dead (George A. Romero, 1968) que la surenchère transmédiatique et véritablement planétaire des morts-vivants. Après les années 90, une décennie marquée par la «mort» du zombie au cinéma, le média qui lui avait jusque-là été le plus propice, la créature, fidèle à elle-même, est réapparue de plus belle au tournant du nouveau millénaire. Elle a maintenant envahi divers recoins de l’iconosphère globale.

Symptomatiquement, c’est un nouveau média, le jeu vidéo, qui a en quelque sorte opéré la renaissance de cette figure jamais entièrement intégrée à la tradition littéraire gothique. L’apparition en 1996 de The House of the Dead et de Resident Evil a signé le retour en force de la créature qui a fini par recontaminer le grand écran. Aux lendemains du traumatisme du 11 septembre 2001 et à l’ombre de la pandémie du SARS, une véritable « zombie-manie » a débuté. Si la ZMDB ou Zombie Movie Database dénombre plus d’une centaine de films entre 2002 et 2009, plus d´une vingtaine de productions sont prévues pour l’année 2012.

Dans le sillage du Zombie Survival Guide de M. Brooks (2003), une curieuse « littérature zombie » (le label existe désormais dans plusieurs catalogues en ligne) émerge alors qui triomphe dans l’étonnant best-seller de S. Grahame-Smith qui zombifie littéralement l’œuvre canonique de Jane Austen (Pride and Prejudice and Zombies, 2009). À son tour envahie par la nouvelle vague, la bande dessinée, médium qui avait jadis été essentiel dans la mutation mythopoétique vers le zombie moderne, se lance à partir de la saga de R. Kirkman The Walking Dead (2003-) dans une frénésie zombiephile inouïe qui à son tour alimente l’autre grand média postmoderne, la télévision. On assiste aussi à une pléthore d’études critiques sur cette figure jusque-là relativement dédaignée par l’institution universitaire.

Face à une telle invasion, et en syntonie avec la prolifération de « zombie studies», le temps est venu de s’attaquer de front aux morts-vivants. Cette première conférence internationale sur le zombie cherchera à cerner les zombies dans toutes les sphères de notre culture.

Nous invitons tous ceux et toutes celles qui le souhaitent à proposer une communication s’inscrivant dans les grandes orientations de la conférence:

Orientations disciplinaires Anthropologie / Cultural Studies / Épistémologie / Esthétique / Philosophie / Politique / Sociologie / Théologie

Orientations médiatiques Bande dessinée / Cinéma / Jeu vidéo / Littérature / Télévision

Le comité organisateur reste également ouvert à toute proposition qui s’inscrit dans l’esprit général de cet appel à communication.

Nous vous prions de soumettre vos propositions au plus tard le 15 septembre 2011 à l’adresse suivante : < zombiemontreal@gmail.com >.

Les notifications d’acceptation ou de refus des propositions seront transmises en octobre.

Votre proposition de communication doit comporter :
1. Le titre de la communication et un résumé (500 mots maximum).
2. Votre statut, votre établissement de rattachement, votre département et vos coordonnées (adresse postale, numéro de téléphone, numéro de télécopieur et adresse courriel)
3. Une courte biographie mettant en relief vos réalisations reliées à l’étude du zombie (250 mots maximum).

Comité organisateur
Samuel Archibald, Université du Québec à Montréal
Antonio Dominguez Leiva, Université du Québec à Montréal
Barry Keith Grant, Brock University
Tanya Krzywinska, Brunel University West London
Denis Mellier, Université de Poitiers
Shawn McIntosh, Columbia University
Bernard Perron, Université de Montréal